Devenez mécènes ! : « Et je regarde de mon balcon passer », court-métrage de Marc Barbault.

« Et je regarde de mon balcon passer… », projet de Marc Barbault, porté par Crescendo Media Films, cherche des financements !

Pour participer à la cagnotte, cliquez juste ici !

« Victor, le protagoniste de notre histoire ne mâche pas ses mots, c’est un homme qui n’a pas trouvé́ sa place, qui s’est enfoncé́ dans la solitude, qui n’a rien fait de sa vie. Son ennui, sa froide méchanceté́, sont l’écho de l’absurdité́ de son existence. Sans filtre et parfois sidérant, il laisse pantois les victimes de ses agissements, quand il jette des oeufs sur les passants ou quand il abrège l’omélie du curé au cimetière, et ça nous ferait presque envie.
Victor va tenter une escapade à son ennui en découvrant par hasard les Battles de Rap avec lesquelles il se trouve des points communs, des textes improvisés, révoltés et radicaux et où on peut se lâcher sur l’adversaire. Habilement il trouvera vite le flow (Le rythme et les rimes) suffisant pour y être bon. Brillant mais pas accepté, encore une fois trop méchant, trop vécu au premier degré́. Retour à la case départ, la solitude et la vie banale.

 Le film se passe à Marseille, en plein mois de décembre, nous tournerons du 18 au 22 décembre. Il fait souvent doux à Marseille en décembre, et la lumière est particulière, le niveau lumineux puissant, la clarté et la profondeur en contraste avec la saison d’hiver. C’est un film marseillais, qui sera fabriqué par des Marseillais et qui aura ce sel particulier que la ville transpire. La mer qui ouvre le film, plein écran, le parc Puget qui domine la ville bruissante que l’on voit en contrebas, le terrain de basket au bord de mer à Montredon, la Corniche longue avenue où Victor semble si petit entre la mer et la dense circulation automobile.

La musique aura une importance capitale, elle sera bien sûr composée pour le film, du Rap dit egotrip (où l’on met en avant ses qualités personnelles, en concurrence pour être le meilleur), mais aussi de la musique Hip Hop Instrumentale : Rap Beats, en privilégiant les beatmakers (Faiseurs de sons dans le milieu du Hip Hop et du Rap) qui servira également lors des Battles. Ce travail sera fait avec des musiciens issus du milieu du Hip-Hop et du Rap, richesse marseillaise, et ils interviendront également sur les textes des Battles.

Ce projet est pour moi un retour à mes envies d’origine, il en aura fallu du temps pour acquérir la confiance suffisante pour passer ce pas. La rencontre et l’amitié avec Richard Guedj, co-auteur et acteur pour le rôle de Victor n’y est pas pour rien. Cette collecte est le trait d’union entre ce que nous avons déjà et ce qui nous manque, alors on compte sur vous ! »

– Marc Barbault

Share Post :