Sacré Business

52 minutes

« Objets inanimés, avez-vous donc une âme ? »

Les objets d’art sacrés – peintures, sculptures, mais aussi Christ en croix, calices, ciboires, soieries- se retrouvent sur le marché de l’art. Les ventes aux enchères spécialisées connaissent un succès croissant. À Drouot même, livres d’heures richement illuminés, bénitiers sculptés, crucifix du 15e, s’arrachent à prix d’or. Des ventes aux enchères spécialisées sont organisées à Alençon, à Chinon… Un business florissant qui attirent les trafics. Ainsi les trésors d’Église sont parfois dérobés, et revendus au noir sur le marché international.

Au-delà d’une plongée dans ce monde fascinant d’experts et de passionnés, le film interroge sur le statut d’objets ayant servi au culte, pour les croyants comme pour les athées. La valeur marchande, la valeur spirituelle, la valeur patrimoniale, est difficile à évaluer. «  Il n’y a rien de pire que l’oubli pour un objet, et notamment pour un objet religieux » dit un intervenant.

Face à la dispersion des biens de l’Église, beaucoup œuvrent pour la préservation d’un patrimoine commun.

Un film d’Alexandre Largeron

co-écrit avec Sophie Sesmat et Jean-Pier Delaume-Myard

une production  Crescendo Média Films/KTO

2021

Share Project :